sajafrance.fr

Visite des serres du sénat

JARDIN DU LUXEMBOURG LE 25/01/2013

A la même période que l’année dernière, un groupe d’une douzaine de personnes est venu visiter les serres du Sénat. Ayant proposé cette visite et y travaillant, je me suis également chargé de la commenter.
Nous avons commencé la visite par l’atelier des fleuristes. C’est un local spacieux équipé d’une chambre froide afin de stocker les fleurs coupées et le feuillage destinés à la décoration florale. On y trouve aussi des vases, plusieurs contenants aux formes variées et des tables de travail. Les fleuristes sont libres dans leurs compositions. Un membre de l’équipe va à Rungis tous les jeudis afin d’y acheter les fleurs. L’équipe récupère aussi les tailles de certains arbres et arbustes prélevées dans le jardin. Comme des branches d’Acer cappadocicum Gled. pour structurer les compositions ou des branches de Prunus laurocerasus L. pour incorporer du feuillage à celles-ci.
En sortant de l’atelier des fleuristes nous avons longé les petites serres. Nous y avons vu des Primula obconica Hance à divers stades de croissance, certaines ayant quelques feuilles, d’autres plus développées et enfin celles prêtes à fleurir. Nous les semons par série à quatre semaines d’intervalle afin d’avoir des plantes fleuries sur une période de 3-4 mois environ. Quelques Kalanchoe, Amaryllis et Cyclamen sont aussi cultivés dans ces serres. Sur le chemin de la serre à fougères, nous avons froissé et senti quelques Pelargonium odorants comme Pelargonium tomentosum Jacq. , P. citronellum ‘J.J.A. Van der Walt’, P. glutinosum (Jacq.) L’Hérit. et un dernier non odorant mais original par sa forme P.tetragonum L’Hérit.
Après cette pause olfactive nous arrivâmes à la serre à fougères. A l’intérieur, on y trouve de nombreux Adiantum de différentes espèces, des fougères arborescentes d’Amérique du Sud et d’Océanie. Quelques Asplenium nidus L. développent leurs frondes pendant qu’un manguier est en train de fructifier. Des potées de Fittonia ornent le gradin central. Dans une autre partie de la serre sont cultivées de nombreuses Bromeliaceae comme Tillandsia cyanea K.Koch, T. usneoides L., Billbergia nutans H. Wendl. et quelques autres.
Ensuite, nous avons découvert la serre à Ficus et de multiplication. Comme
son nom l’indique, on y trouve des Ficus (une dizaine d’espèces). Ils sont de tailles variables allant de 3 centimètres à trois mètres. Les plus petits Ficus sont des boutures récentes. D’autres plantes poussent dans cette serre comme Euphorbia pulcherrima Willd., plus connue sous le nom de Poinsettia et qui sont cultivées en tige de grande taille. Deux coffres à boutures accueillent des
boutures de feuilles de Streptocarpus, et d’autres boutures de Ficus. Des Dahlias ont étés mis en végétation dans de la tourbe. Une fois que les pousses auront 4-5 cm, nous en ferons des boutures que nous disposerons sur des plaques alvéolées. A la bonne saison, ces boutures devenues grandes, orneront les massifs du Jardin du Luxembourg.
Nous avons poursuivi notre visite par une serre où croissent diverses Araceae comme des Philodendron, des Monstera, de grosses potées de Spathiphyllum wallisii Regel ainsi que le fameux Theobroma cacao L. et son compère Coffea arabica L. Dans un compartiment plus frais et plus sec, on trouvera de nombreuses plantes crassulescentes comme Crassula arborescens (Mill.) Willd., Senecio macroglossus ‘Variegatus’ De Candolle, diverses Euphorbes. Une plante où chaque pied est unique dans sa forme l’Adenium obesum ou Rose du désert en français en pleine fructification.
Enfin nous avons terminé notre visite dans la serre où sont cultivées les orchidées. Il y a cinq compartiments allant du plus froid (15°) au plus chaud (25°) environ. Le jardin du Luxembourg est collection nationale de Paphiopedilum et d’orchidées de Guyane française. A cette période, les floraisons sont nombreuses. Dans le compartiment froid est dédié entre autre aux Paphiopedilum insigne (Wall.ex Kit.) Pfitzer et ses nombreux hybrides. En tempéré-frais, on y trouve une douzaine d’espèces de Paphiopedilum comme P. delenatii Guill., P. wardii Summerh. et de nombreux hybrides. De nombreuses Lycaste skinneri Lindley offrent leurs magnifiques fleurs solitaires allant du rose au blanc. En tempéré-chaud nous pouvons voir quelques Angraecum, de nombreux Phalaenopsis hybrides, des Coelogyne et de nombreuses créations du jardin du Luxembourg comme ‘Aimé Bonpland’, ‘Clos des Chartreux’ ou ‘Mabel Sanders’. Une collection de Bégonias occupe également ce compartiment. Dans les deux compartiments chauds sont installés des Crotons et les orchidées de Guyane française. Des Maxillaria offrent leurs senteurs et leurs couleurs et un Phragmipedium lindleyanum (Lindl.) Rolfe élance sa hampe florale jusqu’à 1m20. De nombreux Cattleya et leurs hybrides parfument aussi ces serres.

serres du Senat

Après deux heures et demie de visite, qui je l’espère, furent agréables, chacun repartit vers les transports en commun.

STÉPHANE RÉMY

QUI SOMMES NOUS?

La SAJA a été créée par des botanistes désireux de diffuser leurs connaissances dans l'art des jardins alpins et dans la culture des plantes de montagne, mais aussi de développer les contacts avec la nature et de participer à sa protection.

Sections

  • Ile de France
  • Centre-Val de Loire
  • Rhône Alpes
  • Alsace & Lorraine
  • Nord Pas-de-Calais & Picardie
  • Jura & Franche-Comté
  • Provence Alpes Côte d'Azur

Facebook