sajafrance.fr

LA LEVEE DES SEMIS DE PLANTES ALPINES

Cet article est paru dans le bulletin SAJA N° 87. 22 ème année 1973

J.M. SPAS

Nous éprouvons souvent un sentiment de légitime satisfaction quand nous constatons la levée d'un semis, mais combien de désillusions avons-nous déjà subies quand certains godets dans lesquels nous avons semé des espèces parfois prestigieuses, ne donnent aucin signe de vie malgré des soins et des arrosages attentifs...

Nous n'allons pas nous livrer à de savantes statistiques, nous nous bornerons  à examiner une sorte d'agenda de semis 1973 où nous avons noté, jour après jour, la germination des espèces. Ces semis ont été éffectués les 14 et 15 février, sur mélange sec, et les arrosages ont débuté le 16. Ils ont été faits en godets et placés en serre tempérée maintenue à une température de 10 °C. L'échauffement diurne éventuellement provoqué par un ensoleillement parcimonieux portait cette température à 20-25°C entre 11 et 15 heures.

Nous préciserons néanmoins que les semis des genres Tulipa, Emerus, Scilla et Gentiana ont été efféctués début janvier en godets placés en serre alpine où ils ont subi les intempéries hivernales.

Voici les délais de germination que nous avons constatés : 

5 jours poue Anacyclus depressus, Achillea clavenae,

6 jours pour Draba compacta, Papaver somniferum,

7 jours pour Eschschlotzia caespitosa, 

8 jours pour Linanthus nuyyallii, Eriogonum croatum, Omphalodes kusinskianae, Trifolium stellatum, Townsendia grandiflora,

9 jours pour Iberis gibraltarica, Silene sp (Djanet),

10 jours pour Silene compacta, Erigeron pinnatisectus, Spergularia rubra, Dianthus deltoides, Draba glacialis,

11 jours pour Aethionema pulchellum, Galtonia candicans, Meconopsis horridula, Nonnea setosa, Crucianella angustifolia, Aquilegia bertolonii, Potentilla megalantha,

12 jours pour Asperula setosa, Linum austriacum, Draba aizoides, Medicago arborea, Romanzoffia unalaschensis,

13 jours pour Datura tatula, Androsace septentrionalis, Draba oxycarpa, Cortusa matthioli, Erysimum de Corse (?), Anchusa angustissima, Antirrhinum hispanicum,

14 jours pour Digitaria sanguinalis, Matricaria maritima, Carlina acaulis, Sarcocapnos enneaphylla, Beckmania cruciformis,

15 jours pour Papaver radicatum, Silene schafta, Lychnis alpina, Erysimum torulosum, Origanum majorana, Wahlenbergia tasmanica,

16 jours pour Campanula kemulariae, Campanula aucheri, Petrocoptis pyrenaica,

17 jours pour Ligularia hodgsonii,

18 jours pour Littonia modesta, Saxifraga 'Kathleen Pinsent', Dipcadi serotinum, 

19 jours pour Campanula turbinata,

20 jours pour Astragalus alopecuroides,

21 jours pour Hyoscyamus albus, Spergularia marina,

23 jours pour Berardia subacaulis, Salvia argentea, Fritillarii delphinensis (+ 1 an),

24 jours pour Agapanthus umbellatus, Acaena sericea, Cerastium boissieri, Viola jooi, Watsonia marginata,

26 jours pour Gentiana farreri, Gentiana kurroo, Lobelia cardinalis, Delphinium nudicaule, Arenaria armerica, Chamaespartium sagittale,

27 jours pour Bonjeania hirsuta, Pentstemon cyananthus,

28 jours pour Pelargonium harmala, Digitaria filiformis, Erigeron andicola, Romulea clusiana,

29 jours pour Aconitum volubile, Daphne alpina, Dodecatheon andersonii, Periploca sepium, Oenothera acaulis,

30 jours pour Tulipa turkestanica, Lupinus arboreus,

32 jours pour Dianthus neglectus,

33 jours pour Genista radiata, Dianthus brevicaulis,

35 jours pour Gentiana walujewi, Gentiana waltoni, Primula burmanica,

36 jours pour Gentiana pneumonanthe, Primula cokburniana,

39 jours pour Iberis spathulata, Anemone narcissiflora, Dodecatheon cusickii,

42 jours pour Mimulus ringens, Convolvulus mauritanicus, Iris ensata, Iris orientalis,

43 jours Aquilegia bertolonii, Gentiana saxosa, Pentstemon tolmiei, Potantilla crantzi,

47 jours pour Iris balkana, Campanula tridentata,

53 jours pour Lilium pitkinense, Dodecatheon tetrandrum, Gentiana acaulis (?).

La conduite de ces semis nous amène à faire quelques remarques.

1) Un certain nombre de semis n'ont donné aucun résultat parce que la semence était soit trop vielle, soit insuffisamment mûre. C'est ainsi qu'on peut "déclasser" au bout de deux mois les crucifères qui n'auraient pas encore donné signe de vie, mais il ne faut pas généraliser, parce que les levées printanières ne sont pas la règle générale et nous remarquerons que dans d'assez nombreux cas, les mois d'août et de septembre sont encore très favorables aux germinations.

2) Une autre remarque concerne le groupe des Gentianes dont les levées très abondantes se sont produites à partir du vingt-sixième jour de séjour en serre.

Le succès de ces semis vient du fait qu'ils sont restés soumis aux intempéries pendant six semaines d'hiver. Des comparaisons ont été faites avec des semences des mêmes sachets qui ont été semées en serre le 15 février. Ces essais n'ont donné aucun résultat. La bonne technique consiste donc à faire subir au semis une période de froid de six semaines avant de le réchauffer et de le tenir humide. Henry Correvon donnait d'ailleurs ce conseil dans son excellent ouvrage "Rocailles Fleuries". Signalons que nous avons ainsi réussi, en 1972, le semis de douze espèces de Gentianes de toutes origines dont en particulier la difficile G. purpurea.

3) Les Liliaceae, Iridaceae et Amaryllidaceae sont assez paresseuses et réclament un semis à froid et une année ou deux de délai pour se décider à germer. C' est ainsi que les Fritillaires donnent d'excellents résultats après deux hivers d'intempéries. Se comportent de la même manière les Dodécatheon qui n'auraient pas été semés sitôt la maturité des semences. Quant aux Cyclamens, beaucoup d'amateurs savent que leurs semences lèvent le plus souvent en juillet-août quelle que soit la date du semis.

4) Bien que les Crucifères soient connues pour lever assez rapidement (une à deux semaines), nous constaterons dans le tableau ci-dessus que les différentes espèces du genre Draba n'ont pas levé à la même date (+ 6 j., + 10 j., + 12 j.). Cela provient de l'état hygrométrique de la semence. Les graines les plus sèches germeront en dernière position parce qu'elles auront dû compenser leur déshydratation en absorbant l'humidité nécessaire au processus de germination. Pour cette raison, la collecte des semences doit être efféctuée dans les meilleures conditions pour éviter à le fois l'excès d'humidité et la sécheresse exagérée. On proscrira absolument les sachets et boîtages en plastique et, quand les semences seront bien séchées, on logera dans des sachets qui porteron leur nom et la date de récolte, si possible même, le lieu. Les sachets seront remisés dans un local à l'abri de l'humidité, du soleil et des prédateurs, en attendant de les envoyer à le SAJA ou de les semer.

5) En ce qui concerne le semis, l'influence de l'humidité est primordiale. Il existe un juste milieu à respecter : un manque défavorise la germination, tandis qu'un excès provoque la prolifération d'algues et de moisissures qui ,amène la pourriture des graines ou des plantules. Une sécheresse soudaine au moment de la germination a un effet catastrophique parce que la plantule n'est pas encore enracinée et qu'elle se trouve sans défense. Pour pallier cet inconvenient, on aura intérêt à ombrer les semis jusqu'au moment de la levée. L'arrosage des semis se fera de préférence par le fond. Pour le réaliser, on utilisera des bacs étanches dans lesquels on pourra disposer de nombreux godets et nous verserons l'eau dans le bac pour qu'elle remonte par le fond de godets par capillarité.

6) Les repiquages pourront intervenir quand les plantules auront atteint un développement suffisant, mais il sera parfois utile d'éclaircir au préalable les semis pour éviter que de trop nombreuses plantules se gênent mutuellement et s'étiolent. On repiquera à trois ou quatre feuilles, non comprises les feuilles cotylédonaires. Cependant, s'il s'agit d'espèces à grand développement (Carlina, Salvia, etc.), on pourra repiquer unpeu plus tôt.

Nous espérons que ces quelques indications seront de quelque utilité... Il eut été préférable que leur publication ait lieu un peu plus tôt, mais nous nous consolerons en constatant qu'elles seront encore valables l'année prochaine !

 

QUI SOMMES NOUS?

La SAJA a été créée par des botanistes désireux de diffuser leurs connaissances dans l'art des jardins alpins et dans la culture des plantes de montagne, mais aussi de développer les contacts avec la nature et de participer à sa protection.

Sections

  • Ile de France
  • Centre-Val de Loire
  • Rhône Alpes
  • Alsace & Lorraine
  • Nord Pas-de-Calais & Picardie
  • Jura & Franche-Comté
  • Provence Alpes Côte d'Azur

Facebook