sajafrance.fr

LES IRIS DANS LES JARDINS DE ROCAILLES

Cet article est paru dans le bulletin SAJA  de 1954. N°9 3e Année

Marc Simonet

I. - Les IRIS POGONIRIS

(Conférence faite le 28 avril 1953)

Le genre Iris est riche en èspèces - on peut encore en trouver une centaine dans les collections mondiales - et au moins une bonne moitié d'entre elles, de par leur taille, doivent trouver leur place dans les jardins de rocailles.

La classification des Iris en sections est aisée :

A. Souche rhizomateuse

      B. Sépales nus                                                                                                                   Apogon

      BB. Sépales ornés de barbes ou d'une crête

             C. Sépales ornés d'une crête                                                                                     Evansia

             CC. Sépales barbus

                    D. Graines portant une arille blanche

                           E. Hampe florale uniflore                                                                               Oncocyclus

                           EE. Hampe florale pluriflore (2-3 fleurs)                                                        Regelia

                    DD. Graines nues                                                                                                Pogoniris

AA. Souche bulbeuse

      B. Bulbe écailleu

            C. Bulbe à racines charnues, persistantes                                                                 Juno

            CC. Bulbe à racines charnues, non persistantes

                   D. Tuniques membraneuses                                                                                Xiphion

                   DD. Tuniques fibreuses, réticulées                                                                      Reticulata

      BB. Bulbe plein, solide                                                                                                       Gynandriris

 

L'origine des Iris se présente de la façon suivante : tous sont largement distribués dans l'hémisphère nord. Les espèces bulbeuses appartiennent au bassin méditérranéen. Parmi les Rhizomateux, les Apogon se trouvent partout où existent des Iris : Asie, Europe, Amérique du Nord; les Evansia sont originaires de Chine et du Japon, avec un petit centre de dispertion en Amérique du Nord. Les Oncocyclus sont limités à la Palestine et au Caucase, tandis que les Regelia sont localisés au Turkestan.

En général, presque tous les Iris aiment le soleil (1), quant au sol, la plupart des Apogon préfèrent les terres fraîches, humides, parfois même submergées, alors que les Pogoniris, les Oncocyclus, les Evansia et les Regelia ne croissent vraiment bien que dans des terres silico-argileuses, un peu calcaires.

Les Iris se multiplient facilement par voie végétative : les Bulbeux par division de bulbes ou de bulbilles, les Rhizomateux par éclat de rhizomes efféctués dès la fin de la floraison en juillet-août. Pour les Apogon, il vaut mieux attendre septembre afin d'éviter les grosses chaleurs de l'été. Les replantations doivent se faire tous les 3-4 ans.

Le semis peut être employé, mais c'est un mode de reproduction assez long; il faut une stratification hivernale et parfois la germination ne s'effectue que la deuxième ou troisième année. Dans les cas favorables, il faut attendre 3-4 ans pour voir fleurire des Iris propagés par graines.

En utilisant judicieusement les espèces, il est facile d'avoir des Iris en fleurs pendant presque toutes les saisons : automne (certains Juno : I. alata, palestina), hiver (certains Apogon : I. stylosa; Juno : I. caucasica, persica et reticulata : I. bakeriana, I.danfordiae, histrio et reticulata); printemps (presque tous les Pogoniris, Oncocyclus, Regelia, Evansia, la plupart des Apogon et des Bulbeux); été (quelques Apogon, en particulier l'I. dichotoma).

(1) Sauf l'I. foetidissima et quelques Evansia

 

IRIS POGONIRIS de Rocailles

Les I. Pogoniris peuvent être subdivisés en deux groupes : 

A - Pogoniris nains dont les inflorescences sont courtes, non ramifiées et terminées par de 1-2-3 fleurs.

B - Pogoniris grands dont les inflorescences sont élevées, pluriflores et ramifiées une ou plusieurs fois.

 

A - POGONIRIS NAINS

Ces Iris peuvent être différenciés de la façon suivante : 

A. Tube du périanthe 3-5 fois plus long que l'ovaire

      B. Spathes non carénées, plus ou moins ventrues et enveloppantes

           C. Inflorescence acaule                                                            I. pumila

           CC. Inflorescence caulescente                                                I. pseudopumila

      BB. Spathes carénées, divergentes au sommet                           I. mellita

AA. Tube du périanthe 2 fois aussi long que l'ovaire

      B. Spathes non carénées, enveloppantes ou divergentes

           C. Spathes enveloppantes                                                        I. chamaeiris

           CC. Spathes plus ou moins divergentes                                   I. subbiflora

      BB. Spathes carénées, divergentes au sommet                            I. reichenbachii

 

I. pumila L. - Originaire de l'Europe centrale, du sud de la Russie et du Caucase.

Espèce presque entièrement acaule, à feuilles courtes et droites. Les fleurs, supportées par le tube du périanthe (3 à 5 fois la longueur de l'ovaire), sont assez bien dégagées du feuillage. On connaît des formes à fleurs blanches, jaunes, bleues, violettes et pourpres. Il existe dans le commerce une variété horticole azurea très décorative par ses fleurs bleu très clair. Il est assez rustique, très florifère et très précoce. C' est le premier des Pogoniris à s'épanouir au printemps (fin mars - début avril).

Il existe une espèce très affine : I. attica de Grèce, que l'on distinguera par ses feuilles falciformes et par sa taille réduite.

Iris pumila

Auteur Ladislav Hoskovec

 

I. pseudopumila Tineo - Originaire de Sicile. 

Espèce caulescente, l'inflorescence peut atteindre 10-15 centimètres de haut.

Comme dans l'Iris précédent, le tube du périanthe est très long. Uniflore les fleurs sont jaunes, blanches ou pourpres. Il est peu rustique, aussi devra-t-on le protéger d'un léger abri pendant la saison hivernale. Il est également très précoce.

Iris pseudopumila

Auteur Ladislav Hoskovec

 

I. mellita Janka - Originaire des Balkans et de l'Asie mineure.

Espèce presque entièrement acaule, se distinguant de l'I. pumila par ses bractées fortement carénées, divergentes, et ses feuilles falciformes. Biflore, les fleurs sont brun-pourpre ou jaunes finement mouchetées de pourpre.

Il est très florifère, très précoce et assez rustique.

Il existe une variété rubro-marginata caractérisée par ses feuilles bordées d'un fin liseré rouge carminé.

Iris melitta

 

.

I. chamaeiris Bert.- Originaire du sud-Est de la France et du Nord-Ouest de l'Italie.

C'est l'I. pumila des horticulteurs. On le distinguera du type représentatif de l'espèce par son tube du périanthe qui ne dépasse pas deux fois la longueur de l'ovaire. Il est acaule ou caulescent (I. lutescens, italica, virescens, olbiensis), 

Il est très florifère, uni ou biflore, à fleurs blanches, jaunes, bleu-violacé, violette, pourpres ou même bicolores. Il est très rustique et précoce (mais plus tardif que les précédents de 8-10 jours; c'est-à-dire que sa floraison a généralement lieu vers le milieu d'avril.

On connaît de nombreuses variétées horticoles : cyanea (violet-foncé), Marocain (violet-noir), la Fiancée (blanc), eburnea, etc. que l'on trouve dans le commerce.

Il existe même des variétés remontantes qui refleurissent assez abondamment à l'automne, tels Jean Siret (jaune clair) et Sr. du Lieut. de Chavagnac (violet).

 

I. subbiflora Brot. - Portugal, Sud de l'Espagne, Nord du Maroc.

Très voisin de l'I. chamaeiris. En général, son inflorescence est plus élevée et ses spathes sont assez divergentes. Il est biflore et ses fleurs sont bleues ou violettes. Il refleurit assez souvent à l'automne.

I. reichenbachii Heuff. - C'est l'I. chamaeiris des Balkans.

Il se distingue de celui-ci par ses spathes fortement carénées et divergentes. Il est acaule ou caulescent, assez florifère, biflore, à fleurs jaunes ou brun-pourpre (I. balkana). Il est assez rustique et peut-être un peu moins précoce que l'I. chamaeiris; surtout l'I. balkana qui fleurit vers la fin d'avril.

En résumé, tous ces Pogoniris nains  conviennent fort bien pour les jardins de rocailles. L'I. pumila et surtout l'I. chamaeiris sont rustiques; les autres espèces sont assez délicates, demandent quelques soins de protection durant l'hiver, il leur faut surtout une situation bien exposée et un sol riche, légèrement calcaire et bien drainé.

 

 

B. - POGONIRIS GRANDS

 

Nous ne décrirons que quelques espèces dont la taille, moyenne, permet leur introduction dans les jardins de rocailles.

A. Inflorescences ramifiées dès la base, à ramification latérales presque aussi hautes que la centrale.                            I. aphylla

AA. Inflorescences ramifiées dans 1/2 ou 2/3 supérizurs, à ramifications latérales plutôt courtes.

      B. Fleurs bicolores (jaunes et pourpres)                                                                                                                         I. variegata

      BB. Fleurs concolores (mauve-violacé)                                                                                                                          I. perrieri

 

I.aphylla L. - Originaire de l'Europe centrale et du Caucase.

Espèce perdant ses feuilles pendant l'automne et l'hiver; le départ dde la végétation est printanier et rapide. Les inflorescences, atteingnant 30-40 cm de haut, sont ramifiées dès la base. Les spathes, renflées, sont vertes et presque toujours teintées de brun-violacé. Très florifère, à fleurs le plus souvent concolores, bleu-pourpre ou rouge-pourpre. Il existe des variétés commerciales blanches ou jaunes. Il est extrêmement rustique et s'épanouit vers la mi-mai.

Iris aphylla

Auteur Petra Sebešová

 

I. variegata L. - Originaire du Sud-Ouest de l'Europe.

Espèce se distinguant de la précédente par ses inflorescences exceptionnellement ramifiées dans la moitié inférieure, ses feuilles à nervures saillantes et ses fleurs bicolores à péyales jaunes ey à sépales également jaunes mais fortement veinés et bordés de brun-rouge. Il est extrêmement florifère, mais sa floraison est tardive (fin mai-début juin). C'est une plante très ornementale, de 40-50 cm de haut, dont il existe de nombreuses formes horticoles : multicolor (représentant typique de l'espèce), Roi des Iris (grandes fleurs bicolores), Darius, Loreley, etc.

Il est très rustique. Hybridé avec l'I. pallida, de taille plus élevée, il a donné naissance à de nombreuses et belles variétés des Iris des jardins.

iris hongrois fleurs

 

 

I. perrieri (Nobis) - Alpes de la Savoie où il croît sur les replats du mont Arclusaz vers 1000 m d'altitude.

Comme les deux espèces précédentes, il perd ses feuilles à l'automne. Il est apparenté à l'I. variegata, mais ses fleurs sont concolores, mauve-violacé et sa floraison un peu moins tardive. Il est florifère, rustique et décoratif. Les nervures de ses feuilles sont également légèrement saillantes. Il a la taille de l'I. aphylla et fleurit à la même époque.


Ces trois Pogoniris grands, dont la taille ne dépasse guère 60 cm de haut, ont leur place dans le jardin de rocailles, d'autant plus qu'ils sont très rustiques, très florifères, peu exigeants quant à la nature du sol, mais leur floraison est nettement plus tardive que les Pogoniris nains (une quinzaine de jours), notamment l'I. variegata. 

 

De nombreux hybrides ont été efféctués, aussi bien entre espèces de l'un ou l'autre groupe, qu'entre espèces appartenant aux deux groupes. Citons par exemple : 

Pogoniris nains : I. pumila x chamaeiris, I. chamaeiris x Reichenbachii et I. chamaeiris x pseudopumila chez lesquels l'I. chamaeiris a apporté sa rusticité et son caractère florifère.

Pogoniris grands : I. aphylla x aphylla et I. Perrieri et I. Perrieri x variegata.

Pogoniris nains x Pogoniris grands : I. aphylla x chamaeiris, très florifère, précoce, à fleurs diversement teintées de pourpre, de jaune et de blanc.

Au point de vue parasites végétaux et animaux, l'Iris est une des rares plantes chez lesquelles il y a vraiment peu de dommages à redouter, si la culture est effectuée dans de bonnes conditions.

Pour les Pogoniris, en sol bien drainé et légèrement calcaire, à exposition ensoleillée, la pourriture bactérienne n'existe pratiquement pas; en tous cas il est judicieux,dès que la porriture fait son apparition, d'arracher avec soin les rhizomes malades et de les brûler. Il est également recommandé de ne planter que des rhizomes sains; en retrancher tout ce qui paraît douteux.

Comme parasite animal le hanneton est susceptible, sous la forme ver blanc, de détériorer quelques pieds qui finissent par dépérir complètement. Les plaies occasionnées ainsi par le ver blanc sont souvent une porte d'entrée à la pourriture bactérienne citée ci-dessus. La désinfection des touffes avec un insecticide de synthèse est efficace en prenant la précaution de n'employer que des doses faibles en période de végétation. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUI SOMMES NOUS?

La SAJA a été créée par des botanistes désireux de diffuser leurs connaissances dans l'art des jardins alpins et dans la culture des plantes de montagne, mais aussi de développer les contacts avec la nature et de participer à sa protection.

Sections

  • Ile de France
  • Centre-Val de Loire
  • Rhône Alpes
  • Alsace & Lorraine
  • Nord Pas-de-Calais & Picardie
  • Jura & Franche-Comté
  • Provence Alpes Côte d'Azur

Facebook